L’Union européenne se prépare à l’éventualité d’un Brexit par… l’article 50 du T.U.E.

Download PDF
Lecture : 3 min

L’agence de presse Russia today a informé ses lecteurs du fait que de hauts responsables de l’UE ont entamé des discussions à huis-clos pour préparer une réponse commune à un possible vote positif au Brexit le 23 juin.

La même dépêche précise que le Premier ministre britannique David Cameron a confirmé qu’en cas de vote favorable au Brexit, il entamerait immédiatement le processus…formulé par l’Article 50 du traité de l’Union européenne (T.U.E.). [ Source : https://francais.rt.com/international/21152-lunion-europeenne-se-prepare-gerer-brexit ]

Commentaires

Toutes les analyses de l’UPR sont ainsi, encore une fois, confirmées par les faits.

Depuis la ratification du traité de Lisbonne introduisant dans le droit positif l’article 50 du T.U.E. – seule possibilité juridique de sortie de l’UE -, je n’ai pas cessé d’en informer mes compatriotes et d’en proposer la mise en œuvre dans le cadre du programme de redressement national qui s’impose.

Depuis cette même date, tous les leurres du « souverainisme », tous les arnaqueurs de « la renégociation des traités européens », tous les escrocs et captateurs d’héritage du pseudo « néo-gaullisme » et tous les forbans de la pseudo « gauche radicale » ont fait feu de tout bois pour cacher aux Français l’existence de cet article 50 salvateur, ou pour en dénaturer complètement le contenu.

Pire même, quelques-uns de nos adversaires se sont fait une spécialité de m’insulter ou de me brocarder personnellement comme étant une sorte d’illuminé, une espèce de « mono-maniaque » du droit….

Seulement voilà : maintenant que nous sommes devant l’éventualité possible et très concrète qu’un État décide de sortir de l’UE, tous les responsables de l’UE, tous les chefs d’État et de gouvernement, tous les diplomates, et tous les juristes passent aux choses sérieuses.

Et les choses sérieuses, c’est que la seule possibilité légale, juridique, et politiquement acceptable, par toutes les parties prenantes, c’est d’appliquer les traités européens et donc d’avoir recours à l’article 50 du T.U.E.

Les événements prouvent qu’il n’y a pas d’autre possibilité et c’est ce que confirme la dépêche de Russia Today.

Conclusion

Je souligne au passage que cette dépêche commet une légère imprécision en indiquant que « le traité prévoit une période transitoire de deux ans de négociations ».

En réalité, il s’agit d’une période transitoire MAXIMALE de deux ans et, si l’accord de sortie n’est pas conclu pendant cette période, l’Etat sort juridiquement de plein droit de l’UE.

Je conseille vivement aux lecteurs qui voudraient en savoir davantage sur le processus de sortie de l’UE posé par l’article 50 du T.U.E., et sur la façon très concrète dont l’UPR le mettra en œuvre une fois portée au pouvoir par le peuple français, de visionner (ou de revisionner) ma conférence intitulée LE JOUR D’APRÈS.

Non seulement l’UPR est le seul mouvement politique français qui ne trompe jamais les Français, mais c’est aussi le seul à avoir présenté minutieusement la seule et unique façon sérieuse, légale et responsable de sortir la France du désastre.

François Asselineau