Une association d’anciens haut-gradés de l’armée britannique appelle au Brexit et l’ancien général Sir Michael Rose affirme que « l’Union européenne sabote notre armée »

Download PDF
Lecture : 3 min

Une association d’anciens haut-gradés de l’armée britannique appelle au Brexit et l’ancien général Sir Michael Rose affirme que « l’Union européenne sabote notre armée. »

Alors que François Hollande et Angela Merkel sont allés ce 29 mai 2016 à Verdun pour répéter, pour la énième fois, ce mensonge de la propagande européiste qui affirme que « l’Europe c’est la paix », on a appris il y a quelques jours qu’une association regroupant une douzaine d’anciens officiers supérieurs britanniques vient d’appeler à voter en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne lors du référendum du 23 juin.

Parmi eux figure l’ancien général Sir Michael Rose qui a affirmé que « L’Union européenne sabote notre armée. La souveraineté et la défense sont indivisibles. Le droit européen, à mon avis, a déjà sérieusement miné l’efficacité au combat du Royaume-Uni à la suite de l’intrusion du droit européen dans le droit national. Et aujourd’hui, notre armée est en train d’être composée ni plus ni moins de civils en uniforme ». [ Source : https://francais.rt.com/international/21274-association-anciens-haut-grades-armee-britannique-brexit ]

Il faut préciser que le général Michael Rose – qui demeure par ailleurs un partisan de l’OTAN – avait défrayé la chronique, il y a quelques années, pour avoir dénoncé la guerre en Irak et avoir réclamé la destitution du Premier ministre Blair pour avoir déclenché cette guerre sous de faux prétextes (les fameuses « armes de destruction massive » inventées par Washington). [ Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Rose_%28British_Army_officer%29 ]

Conclusion : à travers l’UE, certains militaires commencent à bouger

Cet appel de très haut-gradés de l’armée britannique à la retraite à sortir le Royaume-Uni de l’UE rappelle la déclaration d’une association de généraux espagnols à la retraite ayant précisé, en 2013, que « quiconque demanderait l’indépendance de la Catalogne devait être traduit en cour martiale ». Ce qui revenait à dénoncer frontalement la politique insidieuse de démantèlement des États-nations de l’UE, menée par la Commission européenne sous couvert des « Euro-régions ».

Bien entendu, il s’agit de militaires à la retraite. Car, partout en Europe, il est interdit à des militaires d’active de prendre des positions politiques publiques.

Mais ces évolutions témoignent d’un malaise grandissant au sein des forces armées à travers toute l’Europe.

D’une part, les militaires constatent qu’ils sont victimes, année après année, de restrictions budgétaires tellement sévères qu’elles mettent en cause la pérennité même de leurs défenses nationales respectives.

En France, par exemple, les relations entre l’armée française et le régime de François Hollande sont notoirement mauvaises ( cf. http://www.atlantico.fr/decryptage/grand-malaise-qui-se-passe-vraiment-entre-francois-hollande-et-armee-francaise-atlantico-785674.html )

D’autre part, de plus en plus de militaires commencent à admettre, comme la population générale, que la prétendue « construction européenne » est en fait une œuvre de domination états-unienne et de destruction des nations d’Europe.

Ces évolutions se mesurent aussi à l’UPR où nous avons enregistré, au cours des dernières semaines, l’adhésion d’un ancien général à la retraite et plusieurs contacts prometteurs avec des très haut-gradés de l’armée française, désormais à la retraite et libres de leurs propos et de leurs prises de position publiques.

C’est évidemment un honneur et un atout nouveau pour le développement de notre mouvement de libération nationale.

François Asselineau